Lignes

Il est dans ses moissons de pierres

la matière du temps

que le ciel comprend.

Qui se souvient de la faillite

des peuples aux rites étranges

où une chirurgie savante fouille

crânes et colibris innocents ?

 

 

 

 

Dans le parc

Il prend l’aplat de son pinceau

pour le début de sa chevelure et

pigmente brin par brin

le velouté parfait d’un instant.

Il efface au fur et à mesure

cet instant ensaché

et délivre les heures colorées.

Des jeunes filles se retournent enfin

sur le souvenir du papier cerclé de verre

d’une femme en noire

encore assise au bord.

En saisissant l’œil de l’intérieur,

personne ailleurs sur les cimaises,

elles lui donneront un nouveau visage

dans lequel chacun se reconnaîtra.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑