Peur enfantine

De sous un grand échiquier de terre damée, une fillette émerge et exhume la Peur, que l’Immensité autour, entremêle en elle. Le soleil blanc est aussi immobile que vide. D’allure inoffensive, cette planète inanimée exhale le vertige de l’insipide.

Fébrile, la fille se dérobe. Au réveil, le même malaise agoraphobe la recrache là-bas, ou est-ce l’inverse. Soumise aux règles, elle se rendort, en équilibre entre maladie mentale et hallucination.

Vie antérieure

Dimanche, repos. Je m’asseyais timidement

Près d’une femme en crinoline, sur un banc.

Les autres jours n’étaient que fer et feu.

J’étais un homme, assourdi

Échafaudé tel une poutre de métal.

Faux souvenir ?

Ou naïve clairvoyance de la vie d’un aïeul

Inscrit dans mes gènes ?

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑