Peur enfantine

De sous un grand échiquier de terre damée, une fillette émerge et exhume la Peur, que l’Immensité autour, entremêle en elle. Le soleil blanc est aussi immobile que vide. D’allure inoffensive, cette planète inanimée exhale le vertige de l’insipide.

Fébrile, la fille se dérobe. Au réveil, le même malaise agoraphobe la recrache là-bas, ou est-ce l’inverse. Soumise aux règles, elle se rendort, en équilibre entre maladie mentale et hallucination.

2 commentaires sur “Peur enfantine

Ajouter un commentaire

  1. Peut-être que je me trompe, mais j’ai à chaque fois l’impression en lisant vos parutions, que vos écrits s’avèrent comme avoir été dictés par l’inconscient. L’écriture apparait très inspirée mais, il faut au lecteur une bonne dose de perception pour découvrir le sens de ces créations étonnantes !
    Cette « peur enfantine » semble faire appel à cette partie souterraine de nous-même et fatalement, je me demande si le terme de « psychographie » est approprié.

    J'aime

Si vous le souhaitez, faites moi part de vos impressions...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :