Au-delà du jardin

Cet orage de minuit

qui chauffe à blanc le portail aux moulures

tu l’attaches

[Morphine dans mes veines]

au-delà du jardin et des herbes folles.

 

Le grondement qui enfle

est la promesse sourde d’un voyage impétueux

que je libère

[Morphine de ma mémoire]

sous nos ombrages, avant la pluie.

Publicités

2 commentaires sur “Au-delà du jardin

Ajouter un commentaire

Si vous le souhaitez, faites moi part de vos impressions...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :