Miniature ivoirine

Pour me vêtir d’étoiles et devenir ton porte-bonheur,

mes doigts empoignent sourcils,

puis déjà clavicules et colonne vertébrale –

promesse d’un cimetière d’éléphants à un sculpteur.

 

Mes yeux magiciens et ciselés à sec

s’animent alors de mille bleus

et perdent tous voyageurs superstitieux

à travers les constellations en échec.

 

Bringuebaler entre les multiples zodiaques boréals

de la Grande Ourse au Capricorne,

à ta ceinture, là-haut, je suis suspendue

comme un netsuke idéal.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s